le mot du président

Aujourd’hui, la capacité de mobilité est devenue une norme sociale, un prérequis, au même titre que lire et écrire. Les lieux de travail s’éloignent de plus en plus des bourgs centre et obligent les demandeurs d’emploi à bouger, parfois, autrement : la mobilité n’est plus seulement un choix, elle est devenue une impérieuse nécessité !

Il ne suffit pas d’avoir le bon profil pour trouver un travail, encore faut-il pouvoir s’y rendre. Les populations fragiles qui rencontrent des problèmes d’insertion ont très souvent des carences en mobilité. Ces freins sont de différents ordres ; cognitifs, culturels, psychologiques, économiques, etc… Les politiques publiques ont mis le doigt dessus depuis un bon moment mais ne se contentent, malheureusement et majoritairement, qu’à l’unique financement du permis de conduire. De trop nombreux échecs à son obtention questionnent sur l’utile et dispendieuse utilisation des fonds publics. En effet, que pensez de l’attribution du financement de ce précieux sésame, lors de comités de sélection, sans connaître (ou partiellement) le bénéficiaire et ne pas s’être attaché à sa capacité à… ni d’avoir regardé son projet mobilité ?

Mouvances met en place les outils d’accompagnement de ces projets mobilité. L’humain est alors au cœur du dispositif et devient ainsi le propriétaire et garant de sa propre mobilité. Mouvances forme aujourd’hui les conseillers en mobilité de demain, autant de personnes capables d’accompagner, d’instruire et surtout de se positionner comme de véritables professionnels de cette brique de l’insertion professionnelle qu’est la mobilité, tout en pesant légitimement en véritables experts au cœur des politiques publiques.

Le Président

Christian CHOLEZ